L’export est un volet largement soutenu par l’Etat. Cependant, les dispositifs d’aide à l’export subissent régulièrement des évolutions. Entre disparition d’ancien dispositifs et apparition de nouveaux programmes, le point sur les aides financières à l’export.

Disparition de deux dispositifs : SIDEX et INNOVEX

Le SIDEX est une aide financière destinée aux PME et TPE françaises qui souhaitent mener une première mission de prospection sur un nouveau marché. Elle s’adresse à toutes les PME françaises, à l’exception des entreprises menant une activité de négoce.

Elle est attribuée sous forme de forfait selon la destination de la mission de première prospection et se destine au salarié qui doit remplir la mission de prospection.

INNOVEX, quant à elle, est une aide forfaitaire individuelle destinée spécifiquement aux PME / TPE innovantes. Elle accompagne les projets de développement des entreprises, en finançant leur prise de contact avec des opérateurs à l’étranger sur un nouveau marché.

Cette aide, simple et facile d’accès, finance jusqu’à 2 missions/an de prospection individuelle avec un tarif différencié selon la zone géographique .

Deux dispositifs intéressants en somme, mais qui disparaissent aujourd’hui, ou sont tout du moins suspendus. En effet, afin de participer à l’effort général d’économie budgétaire, comme cela a été indiqué par Pierre Lellouche, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé du Commerce extérieur, les dispositifs d’aide à l’export SIDEX et INNOVEX ne seront pas reconduits en 2012.

Le nouveau PPE 2011, reconduit en 2012

Le Prêt Pour l’Export (PPE) permet aux PME de se développer à l’international, en finançant de nombreuses dépenses indispensables pour mener à bien leur projet d’export. En 2011, le PPE a été ouvert aux entreprises en création de moins de 3 ans et son montant maximum a été porté de 80 000 euros à 150 000 euros.

Le VIE : un dispositif efficace

Ce dispositif permet aux entreprises françaises de confier à un jeune de moins de 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois.

En 2011, le le Secrétaire d’Etat au commerce extérieur Pierre Lellouche, avait annoncé lors de sa présentation du plan d’action export que l’accent serait mis sur le Volontariat International en Entreprise (VIE). Il avait été annoncé que le nombre de jeunes bénéficiant chaque année d’un volontariat international en entreprise serait « doublé le plus vite possible ».

L’objectif était d’élargir le dispositif à tous, « à portée de toutes les qualifications ».

Dans la même optique, les pouvoirs publics et les parties prenantes souhaitent aujourd’hui démocratiser l’accession à ce débouché aux titulaires d’un Bac + 2 et celui-ci rencontre un vif succès auprès des jeunes.

Une aubaine pour les entreprises souhaitant à la fois se développer à l’international et tester d’éventuels futurs salariés, car 35% des jeunes VIE sont embauchés par la suite.

Apparition d’un nouveau programme d’aide à l’export : l’A3P

L’ Assurance Prospection Premiers Pas (A3P) a été promue récemment par les autorités françaises. Ce produit est une solution d’accompagnement des PME à leur premier export, proposée par la Coface.

L’objectif principal de l’A3P est de prendre en charge le risque commercial des premières démarches de prospection à l’étranger des TPE et PME françaises.

le 26 / Mar / 2012