Le marché du photovoltaïque a longtemps été dominé par le Japon grâce à son système de subventions directes pour les installations réalisées par les particuliers et les entreprises, et aujourd’hui par l’Allemagne. La France se fixe néanmoins comme objectif de devenir l’économie la plus efficiente de la communauté européenne en termes d’énergies renouvelables.

L’industrie photovoltaïque : un enjeu européen

Les énergies renouvelables représentent aujourd’hui en France 6% de la production d’énergie primaire. Cependant ce taux est à la hausse, encouragé par les gouvernements européens. Lors du sommet de Bruxelles de mars 2007, les 27 Chefs d’État se sont engagés sur des objectifs à l’horizon de 2020 appelés « 3 fois 20% », avec notamment une augmentation à hauteur de 20% de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique.

Pour répondre à ces exigences, chaque pays européen doit à son tour mettre en place les mesures nécessaires au développement de ce secteur. C’est donc dans ce cadre que le photovoltaïque a un rôle majeur à jouer en France. Cela dépendra essentiellement du contexte législatif qu’on lui offrira.

Le photovoltaïque : une filière soutenue par Delphine BATHO

Le photovoltaïque est une industrie en plein essor encouragée par le financement de l’innovation. La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’écologie a d’ailleurs annoncé le 7 janvier, que la production de l’énergie solaire serait doublée passant de 500 à 1000 mégawatts par an. Pour atteindre cet objectif et contribuer à la création et au maintien de plus de 10 000 emplois, plus de 2 milliards d’euros de subventions vont être accordés à cette industrie. La ministre tient notamment à encourager les technologies françaises innovantes pour les grandes installations (supérieures à 250 kilowatts), en prévoyant, par exemple, un appel d’offres dans les mois à venir pour une production supérieur à 400 mégawatts d’énergie photovoltaïque.

Les démarches administratives pour installer et exploiter un parc photovoltaïque ont été très largement simplifiées depuis 2010, tandis ce que le principal soutien financier national reste l’obligation d’achat par EdF et les Entreprises Locales de Distribution (ELD) auprès des producteurs avec l’instauration d’un tarif minimal fixé par le législateur.

 

L’industrie photovoltaïque va être soutenue par le gouvernement, que ce soit au niveau des particuliers ou des entreprises et s’intègrent pleinement dans un processus de responsabilité globale en accord avec le protocole de Kyoto de 2007 et du Grenelle de l’environnement. Les bâtiments incorporant des panneaux photovoltaïques et la mise en place de technologies innovantes dans ce secteur sont particulièrement récompensés.

le 11 / Jan / 2013