La reprise d’entreprise est un sujet majeur sur le plan économique de la France. Le départ en retraite de nombreux chefs d’entreprises offre de nombreuses opportunités à saisir. 500 000 entreprises devraient changer de gouvernance sur dix ans.

Cependant, avec la crise, l’année 2011 s’est révélée compliquée. En effet, les cédants ont préféré attendre afin d’améliorer leurs résultats et optimiser la valorisation de leur entreprise. Les premières étapes de la reprise d’entreprise sont cruciales, à commencer par l’évaluation du prix de cession. Cette première démarche, est souvent difficile à appréhender par les entrepreneurs à cause de la multitude des méthodes d’évaluation utilisées et par le lien affectif que le cédant entretien avec sa société. Les surévaluations ou sous évaluations sont des problématiques à traiter afin de bien réussir une cession. Il est conseillé de faire appel à des experts en évaluation d’entreprise afin d’avoir un regard plus objectif sur les réalités économiques et financières de l’entreprise.

Du coté des acheteurs, afin de combler ce ralentissement, de nombreuses actions sont menées par les collectivités pour mettre en relation les cédants et repreneurs et ainsi soutenir les reprises d’entreprise et sauvegarder les emplois. En Haute Garonne par exemple, des journées d’information sont organisées afin d’informer les acteurs de la reprises.

Le financement de la reprise d’entreprise est aussi un sujet à ne pas négliger. De nombreux dispositifs publics et privés existent afin d’aider les repreneurs à financer leurs projets de reprise. Les repreneurs qui doivent rassembler des capitaux ont différentes solutions qui sont :

  • Les fonds personnels,
  • Le crédit vendeur,
  • Les aides financières aux créateurs repreneurs,
  • Les prêts d’honneurs,
  • La participation à l’entreprise,
  • Les prêts aux entreprises,
  • Les cautions et garanties.

Afin de faciliter l’obtention de ces différents financements, les repreneurs se doivent de respecter quelques règles élémentaires telles qu’avoir un dossier complet, précis, bien maitrisé, et d’avoir préparé un business plan de reprise mettant en avant les moyens mis en œuvre pour développer la société reprise.

le 16 / Août / 2012