En France, il existe de nombreux organismes et une multitude de dispositifs d’aide à l’innovation. En effet, on recense plusieurs dizaines de dispositifs à différents échelons géographiques de l’Europe : local, régional, national et européen.

Malgré cela la France doit faire face à un problème de clarté : TPE, PME ou grandes entreprises ont bien souvent du mal à s’y retrouver.

Un guichet unique de l’innovation ?

Multiplicité des organismes et complexité des dispositifs ont donc conduit à l’idée d’un guichet unique de l’innovation. Demandé depuis plusieurs années par les principaux utilisateurs de ces aides, ce « guichet unique » aurait vocation à informer sur les dispositifs d’aide et à assister les entreprises dans leurs démarches de sollicitation. Cependant, cette idée n’a pas réussi à trouver sa place à l’heure actuelle et se trouve confrontée à deux principales difficultés :

  • une provenance disparate des aides financières,
  • un manque de connaissance des différents dispositifs disponibles, une absence de vision globale.

Pour ces raisons, l’idéal d’un guichet unique de l’innovation semble bien difficile à atteindre.

 

Des aides nombreuses et très spécifiques

Autre difficulté, chaque aide financière correspond à un type de projet bien précis et dispose de ses propres modalités.

Si certaines aides comme le Crédit Impôt Recherche (CIR) ou le statut Jeune Entreprise Innovante (JEI) sont plus connues et plus accessibles pour les entreprises, d’autres sont plus complexes.

En effet, il existe tant d’aides à l’innovation qu’il est difficile pour une entreprise de connaître les spécificités de chacune, à la fois au niveau de leurs objectifs, de leurs bénéficiaires, des dépenses qu’elles financent et enfin des modalités qui lui sont propres. De plus, beaucoup s’attribuent au cas par cas, après une étude minutieuse des dossiers de sollicitation.

 

L’innovation, une priorité pour 2012

A travers la campagne présidentielle, les différents partis politiques ont affiché clairement l’importance donnée aux PME et à l’innovation. C’est avec une politique favorisant l’innovation et la création de produits à forte valeur ajoutée que l’industrie française se différenciera des pays de production à bas coûts et gardera ses emplois. L’innovation sera donc en enjeu privilégié en 2012. Cela laisse penser qu’une attention particulière sera accordée aux aides publiques permettant de soutenir le financement de projets innovants.

le 25 / Avr / 2012